Programme du webinaire 2023/2024

Séance 4 – 28/05/2024 – 14h-17h

Le webinaire se déroulera sur teams : https://teams.microsoft.com/l/meetup-join/19%3ameeting_M2Y2ODcyMTMtYjBiOC00NzkxLWFhOTUtYTE3MmVmM2Y1OTM5%40thread.v2/0?context=%7b%22Tid%22%3a%22158716cf-46b9-48ca-8c49-c7bb67e575f3%22%2c%22Oid%22%3a%22bd9fa6af-0985-42bc-bf3a-2c5ceb812500%22%7d

 

 Arthur Boulet, « Circulation et médiation des savoirs sur les transitions : analyse du contenu et des usages des supports informationnels mobilisés par les jeunes trans’ »

À partir des données recueillies dans le cadre d’une thèse en cours, cette communication interroge le contenu et les usages des supports informationnels mobilisés dans les familles autour de “transitions de genre ” au sortir de l’adolescence. Elle entend montrer que ces supports diffusent des savoirs qui viennent réguler les modalités de changement de sexe en proposant des récits et en diffusant des normes temporelles. Ces savoirs sont négociés au sein de la famille et l’issue des négociations a des conséquences concrètes sur la structure de chaque parcours.

Arthur Boulet est doctorant en sociologie au 2L2S (Université de Lorraine). Il travaille sur les parcours de transition de genre au sortir de l’adolescence et tente de saisir comment les enjeux propres à l’âge (processus d’autonomisation identitaire et sociale, dépendance matérielle aux parents, passage pubertaire) sont articulés/entrent en tension avec le processus de changement de sexe. 

Guina Hildebrand Probst, « Pratiques langagières “secrètes” au sein des communautés trans’: le pajubá au Brésil »

Lors des deux dernières décennies, les communautés LGBTI+ ont vu des changements sans précédent dans leurs statuts social et juridique. Si ces changements ont généralement été salués comme positifs dans plusieurs pays, la situation est plus complexe dans d’autres parties du monde. Pour faire face à la marginalisation, des pratiques langagières « secrètes » émergent au sein de ces communautés. Si certaines recherches ont déjà observé des pratiques langagières des « hommes gays cisgenres », encore peu de travaux s’intéressent aux variétés parlées par des personnes qui ne s’alignent pas avec les modèles binaires du genre et de la sexualité. À partir de l’historique de la constitution et de la reconnaissance de l’identité et de la communauté des travestis au Brésil, un regard sera porté sur le pajubá : un ensemble de pratiques langagières hybrides et « secrètes » parlées surtout par les travesties brésiliennes. Plutôt que de présenter uniquement les formes linguistiques du pajubá, il s’agit de donner à voir la complexité idéologique qui l’entoure à partir des catégorisations et des définitions émiques de ses locutrices.

 Guina Hildebrand Probst est chercheuse brésilienne en sociolinguistique particulièrement intéressée par le multilinguisme et l’intersection des études sur le genre et la sexualité. Elle est titulaire d’un master en sociolinguistique de l’Université Sorbonne-Nouvelle et de l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) à Paris, et finit actuellement sa recherche doctorale dans le même domaine d’étude. Sa thèse porte sur l’étude du pajubá, une variété linguistique hybride entre le portugais brésilien et le yoruba parlée principalement par les travestis au Brésil.

Séance 1 – 21/11/2023 – 14h-16h

En ligne : https://webvisio.univ-lorraine.fr/meeting/5139?secret=c38d3ac7-a8d8-4e09-82b9-341d06500925 

– Numéro de la visioconférence : 5139 (terminé par #)

Code PIN : 3474 (terminé par #)

Caroline Courbières, « Parcours documentaire autour du genre »

Outils normalisés de description des objets de savoir, les langages documentaires peuvent également être saisis comme des objets discursifs élaborant leur propre contenu informationnel. Ces langages artificiels renvoient à la question de la représentation, qui s’exprime ici dans la tension entre un dit et un dire documentaires. Qu’il s’agisse de classifications comme la Dewey ou de langages lexicaux comme RAMEAU, l’analyse de leur matérialité en tant que systèmes de signes montre ainsi comment ils sont susceptibles d’engendrer un processus de stéréotypage par lequel se cristallisent des conceptions du genre et de ses notions afférentes. À partir notamment de travaux menés sur le « féminin », la réflexion proposée dans cette communication portera sur la manière dont les langages documentaires construisent ces représentations et participent de leur éventuelle évolution.

Caroline Courbières est professeure en Sciences de l’information et de la communication. Membre du Lerass (Université Toulouse III – Paul Sabatier), elle conduit des recherches sur l’étude des phénomènes de médiation du sens (imaginaires et savoirs), les représentations culturelles (mode, genre, lieux, mobilité) et la sémiotique documentaire (langages, pratiques, dispositifs)

Séance 2 – 30/01/2024 – 14h-16h

En ligne : https://webvisio.univ-lorraine.fr/meeting/5117?secret=70e1da90-3e69-46ca-adf9-34f5e5ebda2b


Information sur la visioconférence

– Numéro de la visioconférence : 5117 (terminé par #)

Code PIN : 4553 (terminé par #)

 

Sara Garbagnoli, « Sur la “Plastie du langage” : Monique Wittig et la subjectivation minoritaire »

Cette communication discutera la théorie du langage comme instrument de pouvoir et d’action telle qu’elle a été développée par la théoricienne et écrivaine lesbienne Monique Wittig (1935-2003). En s’éloignant à la fois d’une théorie du langage comme reflet du réel et d’une conception du langage comme phénomène super-structurel, Wittig le conçoit et le pratique comme une arme à double tranchant : d’un côté comme un opérateur de verrouillage du pensable et du faisable, de l’autre, comme un lieu d’action que les subjectivités minoritaires peuvent investir pour opérer des formes de déshétérosexualisation des corps et des esprits.

Sociologue et féministe, Sara Garbagnoli est chercheuse indépendante associée au laboratoire LEGS/CNRS et au centre de recherche PoliTeSse/Università di Verona. Ses recherches portent sur la théorie féministe, l’analyse du discours et la sociologie des mouvements sociaux. Elle a co-dirigé avec Vincenza Perilli Non si nasce donna : sul femminismo materialista (Alegre, 2013), avec Massimo Prearo, elle est l’auteure de La croisade « anti-gender » (Textuel 2017), elle a co-écrit l’essai Monique Wittig avec Eva Feole (DeriveApprodi, 2023).

Séance 3 – 26/03/2024 – 14h-16h

En ligne : https://webvisio.univ-lorraine.fr/meeting/5137?secret=5cb4d6fb-2401-485a-99f3-752f87a01727

Information sur la visioconférence

– Numéro de la visioconférence : 5137 (terminé par #)

Code PIN : 2205 (terminé par #)

 Anne Grand d’Esnon, « Avec quels mots résumer ce qu’il se passe ? La catégorisation d’actions sexuelles dans l’élaboration des résumés de récits de fiction sur Wikipédia. »

Sur Wikipédia, un désaccord sur un sujet se traduit toujours par un débat sur des mots que chaque contributeur·rice peut ajuster, modifier ou contester. Si chaque modification est archivée et attribuable à un·e contributeur·rice, c’est bien un texte commun qu’il faut élaborer et il n’est donc pas étonnant que ce processus soit riche en commentaires métadiscursifs. Je propose d’explorer cette production collaborative autour d’une question : la catégorisation débattue d’actions sexuelles fictionnelles comme viols dans l’écriture des résumés d’œuvres littéraires ou cinématographiques. Il s’agira donc de réfléchir à ce qu’implique la nomination du viol dans un espace numérique hautement normé comme Wikipédia, lorsque le langage ne renvoie pas à une expérience réelle mais à des actions fictionnelles.

Anne Grand d’Esnon est doctorante en littérature comparée. Elle prépare une thèse intitulée « Interpréter des violences sexuelles dans les récits de fiction : discours de réception, problèmes théoriques et esthétiques », sous la direction d’Henri Garric, au Centre pluridisciplinaire texte et cultures (CPTC) de l’Université de Bourgogne.